SUD Education Gers
Accueil du site > Actions du moments > Notre classe ne sera jamais sage !!!

Notre classe ne sera jamais sage !!!

jeudi 13 décembre 2018, par SUD Education Gers

Depuis le 30 novembre, les lycéens de toute la France se mobilisent à leur tour contre la réforme du lycée et du bac et contre Parcoursup. Comme les enseignants mobilisés, ils s’inquiètent des suppressions de postes annoncées, de la dégradation de leurs conditions d’études et de la sélection qui se renforce dès la seconde. Ils s’insurgent contre les inégalités qui s’accroissent entre les établissements.

Cette semaine les syndicats lycéens appellent à manifester toujours plus massivement. Le contexte général est propice à l’amplification de la mobilisation. Les enseignants et les étudiants sont de plus en plus nombreux à se joindre aux lycéens afin de marcher unis et nombreux contre les attaques d’ampleur sur l’éducation. Mardi, 450 établissements ont été perturbés dont 60 totalement bloqués dans toute la France.

A Toulouse, la mobilisation est très forte. Les lycéens ont été rejoints par les étudiants de Jean Jaurès, de Science Po et par des enseignants du secondaire. Lors de l’AG, la grève a été votée ainsi que des blocages partiels Ils étaient 3500 mercredi dans les rues de la Ville rose. Ils appellent à continuer les jours suivants notamment vendredi 14 décembre qui sera une grande journée de grève générale inter catégorielle, aux côtés des syndicats et des gilets jaunes.

contre les réformes Blanquer (réforme du bac et du lycée, Parcoursup, réforme de la voie professionnelle) ; contre la hausse des frais d’inscription à l’université ; pour la justice sociale et environnementale ; pour la hausse des salaires ; contre la répression policière dont font l’objet les lycéen-ne-s.

Dans le Gers, toute la semaine dernière des actions ont eu lieu : A Auch, 250 lycéens du Garros et de Pardhaillan ont manifesté dans la ville ; à Mirande, c’est 50 à 100 lycéens soutenus par une petite dizaine de collègues en grève qui se sont mobilisés ; à Lectoure idem ; à Condom et Nogaro, ils ont été entre 150 et 200 sur chaque établissement, là encore soutenus par plusieurs enseignants.

Face à cette mobilisation qui prend de l’ampleur, le gouvernement est irrité. Il ne supporte pas cette jeunesse qui dit non à ses réformes, qui s’insurge, il refuse cette jeunesse qui a des idées et veut les faire entendre, qui se politise ! Et sa réponse est inacceptable : la répression !! Une violence aveugle où les lacrymogènes et les tirs de flash-ball répondent aux chants, où les interpellations par centaines répondent aux slogans, où les humiliations à genoux des élèves répondent aux inquiétudes face à un avenir incertain…

Pour nous, cette réponse est inadmissible. Les enseignants sont mobilisés depuis l’an dernier contre Parcoursup et contre la Réforme du lycée et du bac. Ils s’inquiètent des attaques contre leur statut, des suppressions de postes massives, de la mise au pas intellectuelle des élèves avec de nouveaux programmes réactionnaires, de la sélection qui se révèlent être un tri social des élèves… Pourtant, face à nous, Blanquer reste ferme et sourd. Aujourd’hui, nous nous inquiétons aussi de la répression envers les élèves mobilisés et il est urgent que toute la communauté éducative s’organise contre ces réforme.

« Nous serons jamais une classe qui se tient sage !! »

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0